A l’Opéra de Lyon : La Fura Dels Baus a encore frappé !

Posté le Vendredi 17 octobre 2014

Un opéra mis en scène par Alex Ollé du collectif La Fura dels Baus nous fait toujours déplacer. Quelle surprise nous réserve t-il, cette fois-ci ? Ce qui est évident, c’est que la magie frappe toujours. Ce Vaisseau fantôme ou Der Fliegende Holländer donné à l’Opéra de Lyon en première ce samedi dernier n’a pas démenti et les effets scéniques sont toujours aussi surprenants. Bien sûr on n’est pas dans le grand délire de ce collectif de la Tétralogie de Wagner à Valence, mais comme pour le Tristan et Isolde de 2010 dans cette même salle de Lyon, la mise en scène est respectueuse du livret, tout en lui donnant des reliefs  à couper le souffle. Par contre, autant pour le Tristan j’avais été scotché du début à la fin, pour ce Vaisseau, je suis plus nuancé. Même, si les effets d’occupation de la scène sont au maximum, la direction d’acteurs semble laisse un peu trop de vide. Une fois en avant scène, les chanteurs solistes et ceux du chœur bougent pauvrement. On perd certaines émotions.

Les vidéos sont toujours aussi efficaces, surtout celles qui sont projetées au sol, le relief de celui-ci bouge à tout moment – bancs de sable modifiés en fonction de la houle et des marées -. La coque rouillée du bateau qui s’élève dans les cintres est impressionnante. L’accès du pont se fait par une immense échelle qui oblige les chanteurs à se harnacher pour monter et descendre. La sécurité avant tout !

Venons en aux chanteurs. Avec un timonier, Luc Robert, aux accents clairs et puissants, tout s’annonce bien. L’arrivée de Daland ne fait que confirmer. Quel plaisir de retrouver Falk Struckmann. Après avoir été un magnifique Holländer en 2000 à l’Opéra de Paris, il est aujourd’hui Daland. Aux rayonnantes couleurs de voix, ce rôle l’habite, il est le personnage. Face à lui, le Holländer de Simon Neal est magistral. Prestance et présence sont au rendez-vous. C’est le style de personnage de hollandais que j’aime. Sa voix est puissante, claire, avec toute la distance souhaitée par le personnage. Humain et fantôme ? La Mary de Eve-Maud Hubeaux, aux beaux accents, tient honorablement son rang même si j’aurais aimé que les directives de son jeu soient plus précises.

Pour les deux autres protagonistes, Erik et Senta, je reste un peu sur ma faim. Vraiment dommage. Tomislav Muzek dans le rôle d’Erik me laisse assez indifférent. Je ne trouve pas que sa voix et son jeu soient des plus passionnants. Il est assez rare de trouver un Erik idéal. C’est d’autant plus dommage que l’écriture musicale de ce rôle est très séduisante pleine d’amour passion et de douceur. La voix qui me pose le plus de problème d’appréciation est celle de Senta. Elle est claire, puissante avec de beaux médiums mais les aigus se raidissent et ce n’est pas toujours agréable à l’oreille. On sent presque ses limites. J’ai beaucoup souffert pour ses derniers phrasés. Cette chanteuse Magdalena Anna Hofmann est très bonne comédienne et sa voix juvénile aux supers assises aurait pu correspondre au personnage. Alors pourquoi, cette sensation ? L’effet première ?

La place des chœurs dans cet ouvrage est énorme. Cette masse vocale nous a conquis. Les jeux vocaux et sonorités entre les hommes et les femmes sont somptueux d’émotions. Que dire de la direction d’orchestre ? Je me suis un peu ennuyé et ceci dès les premières mesures. Ce côté pépère m’a beaucoup gêné d’autant que je ne possédais aucune information sur les intentions du chef d’orchestre Kazushi Ono. Je suis donc resté assez frustré.

Chaque fois que je me rends à l’Opéra de Lyon, je suis toujours fasciné par ce théâtre. Quelle beauté et quelle élégance. Tout d’abord la façade et son majestueux dôme. Il fallait oser et Jean Nouvel a osé. Dans le hall, ce sont les couleurs noires et rouges qui dominent avec des éclairages indirects qui annoncent déjà la magie du spectacle. Puis vient l’ascension vers les étages, par des passerelles à claire voie en aluminium qui couinent et qui bougent. Pour les « vertigeux » dont je fais partie, c’est la galère, mais quelles émotions. Toutes ces passerelles épousent l’imposante coque noire laquée qui englobe le fond de la salle. Dès que nous franchissons le sas d´accès à la salle d’un rouge éclatant et fortement éclairé, nous entrons dans la salle ou l’inverse opère. Nous entrons dans une boîte entièrement noire. Quelle classe ! Chacune des places possède devant elle une petite loupiote qui créait une étrange ambiance. Le raffinement est également présent dans la tenue vestimentaire des filles et des garçons qui nous accueillent. Vêtus d’un tee shirt noir et d’un pantalon noir à soufflets rouges dans le style « samouraïs ». Ils sont très beaux. Et surtout très avenants avec le public. Que tout cela fait du bien !

Jean-Claude Meymerit

 

 

blog JCM @ 17:40
Enregistré dans critiques lyriques
Touche pas à mon fil, je tricote !

Posté le Lundi 13 octobre 2014

Avez-vous remarqué quel cinéma font les gens avec les fils d’écouteurs de leur smarphone, iphone et ceux de leur chargeur ? Quel cirque ! Sans vouloir paraître misogyne primaire, je constate que ce sont surtout les filles qui ont ce problème d’emberlificotage des fils lorsqu’elles les tirent de leur sac. Les jeunes cadres dynamiques, eux, gardent tous les fils pendus à leurs oreilles (faut pas perdre les infos de la planète). Avec tous ces fils qui pendouillent, on croirait un étiquetage sur les mannequins des vitrines de vêtements au moment des soldes.

Pour en revenir au démêlage des fils, il a toujours lieu, comme par hasard, dans un lieu public lorsque la position garde à vous est la seule possible. Un coup de coude dans le dos, dans l’estomac, et je te tire un bout du fil et j’en tire un autre…Lorsque la personne discute avec quelqu’un d’autre c’est encore pire car elle ne sait même plus ce qu’elle démêle et dans quel sens elle sépare les fils. Et ça dure des plombes !

Face à ce constat et à ce temps passé à faire travailler ses dix doigts souvent inutilement, je suggère que tous ces doigts s’activent pour de bonnes causes en donnant à leurs propriétaires des aiguilles à tricoter et des pelotes de laine. Chacun pourrait ainsi réaliser son œuvre laineuse, soit au point près, soit à la manière de Thérèse dans « le Père Noël est une ordure » avec sa serpillère à trous pour les bras. Imaginer les soirs de débauche dans le tramway, tout le monde avec des aiguilles à tricoter. On pourrait même détricoter le pull de son voisin pour faire le sien… Quel beau lien social !

blog JCM @ 10:06
Enregistré dans anecdotes
Pas d’effet « magnétic » avec la langue de Shakespeare !

Posté le Mercredi 8 octobre 2014

Dans le cadre des circuits du Bus d’Art contemporain des Dimanches sans voiture, organisés par la ville de Bordeaux, la première halte de ce dimanche, eu lieu place Paul et Jean-Paul Avisseau devant l‘école primaire Stendhal, quartier des Chartrons. Là sur un pan de mur d’enceinte de l’école sous le projecteur naturel du soleil, nous attend une magnifique fresque allant du blanc au noir en passant par une palette de gris. Elle représente un groupe de cinq minois de gamins expressifs à souhait. Sur la gauche de ce mur, une phrase de Nelson Mandela en gros caractères est peinte au pochoir. De couleur rouge, elle est écrite en anglais ce qui me paraît logique. Jusque là rien d’original. Cette œuvre est du célèbre artiste nantais Jef Aérosol, précurseur de l’Art Urbain, depuis les années 82.

Mon appréciation complète et positive de cette œuvre fut parasitée par une demande naïve que je fis au prestataire bordelais qui la présentait. Face à cette vingtaine de mots en anglais exposée sur un espace public à la vue du commun des mortels, je lui demande pourquoi il n’y avait pas une traduction en français de la phrase de Mandela dans un coin de cet immense mur. Sa réponse, sans appel et devant témoin : « vous n’avez que chercher vous-même la traduction ». Whahou ! Et vlan ! Belle réponse ! Insistant, il me signale qu’une traduction si petite qu’elle soit, aurait déséquilibré l’œuvre ! On rêve par une réponse aussi ridicule. Je rappelle que cette fresque est éphémère et ne doit restée qu’un mois et qu’elle est installée sous les yeux des passants petits et grands. Aussi, elle est sujette à d’éventuelles dégradations et là on ne posera plus la question d’équilibre ou non !

Cette réponse est un mépris et une insulte aux personnes qui comme moi ne maîtrise pas parfaitement l’anglais. Je ne suis pas sûr que tous les habitants de ce quartier et les tous petits de l’école connaissent parfaitement la langue de Shakespeare. « les institutrices sont là pour leur expliquer », me lança une dame qui écoutait notre discussion. Et revlan !

Pourquoi sommes-nous tout le temps obligés de « subir » la langue anglaise sous prétexte que c’est de l’Art contemporain. Je ne suis pas sûr que c’est comme ça que l’on sensibilise le public de la rue. Je pense le contraire. Il n’est pas question de revendiquer le franchouillardisme primaire, mais lorsqu’on se trouve en groupe constitué – qui a payé – pour découvrir et mieux appréhender des œuvres d’Art contemporain, le minimum d’information doit être donné par les organisateurs. Le musée des Beaux-Arts de Bordeaux l’a très bien compris et dans son exposition actuelle sur des photographies de l’Ouest américain, a doublé chaque grand titre par une version française. Ici, on nous respecte et aussi nous y retournerons !

blog JCM @ 9:51
Enregistré dans mots d'humeur
Les Midis musicaux à l’Opéra de Bordeaux, l’appétit vient en écoutant !

Posté le Samedi 4 octobre 2014

Connaissez-vous ces concerts de quarante-cinq minutes donnés une fois par mois à 12h30 au Grand Théâtre de Bordeaux ? On y découvre régulièrement des jeunes talents lyriques le plus souvent programmés à la même période à l’Opéra, dans des seconds rôles. Au cours de ces concerts, ils interprètent en soliste, soit des airs d’opéras, soit des mélodies ou autres extraits musicaux classiques.

Certains osent et nous proposent des airs loin de leur tessiture ou de leur personnalité. Les résultats sont surprenants. D’autres se plantent carrément. D’autres plus timides ne prennent aucun risque et l’ennui nous gagne. D’autres enfin, nous offrent une magnifique palette de la couleur et des possibilités de leur voix, c’est magique. La générosité et la spontanéité de tous ces chanteurs méritent que l’on fréquente assidûment ces concerts. Il ne faut surtout pas oublier la présence au piano, de passionnés de voix qui, avec énergie et sans limites, les accompagnent avec grand talent.

Mais alors, avec tous ces positifs ingrédients pourquoi seule une petite frange de la population bordelaise répond à l’appel de ces concerts. Mise à part une faible partie du public en dessous de la barre des soixante ans, la majorité appartient à la tranche honteusement nommée avec un terme dit à la mode et que je réfute violemment : les seniors avancés. C’est vrai que la moyenne d’âge est plus près des caisses de retraites que des consommateurs de kebabs à la sortie du boulot.

Toutefois il est assez incompréhensible de constater que dans les milliers de personnes qui errent autour du Grand Théâtre entre midi et quatorze heures, personne ne trouve le temps de consacrer une heure à la musique classique (à quoi servent les RTT ?). Le prix d’entrée est à mon sens aussi un peu trop élevé.

Par ailleurs, alors que des classes entières de scolaires envahissent certains soirs la salle de spectacle pour assister – un peu contre leur gré – à certains opéras, ne pourraient-ils pas profiter de ces moments privilégiés pour venir écouter des extraits lyriques ?

Ne dit-on pas que l’appétit vient en mangeant !

Jean-Claude Meymerit

blog JCM @ 14:29
Enregistré dans autres critiques, reflexions
L’idiot n’est pas toujours celui que l’on pense !

Posté le Dimanche 28 septembre 2014

Stop à ce harcèlement collectif qui essaie de vous faire passer pour un idiot personnage, inculte, pas branché, en dehors du monde…sous prétexte que vous ne connaissez pas le personnage à la mode, personnage inodore et incolore ; star d’une vulgaire émission télévisée. On veut vous faire croire que si vous ne le connaissez pas, vous êtes un vieux ringard encore sous l’emprise des postes de radio à galène et dansant la bourrée dans les bals du samedi soir.

Fort d’avoir été, à deux reprises, victime de ce type de réflexion et de situation, je m’insurge haut et fort.

La première fois eu lieu lorsque je fus invité à une soirée people à laquelle je ne voulais absolument pas participer. La responsable organisatrice, pour me persuader, sortit sa dernière carte : « vous savez, il y aura untel » (ce untel était un sportif médiatisé, illustre d’après elle mais complètement inconnu pour moi). Aussi sec, je lui rétorque que je ne connaissais pas ce sportif. Choquée, elle me dit « ah bon vous ne le connaissez pas « ,  « eh bien non ! ». Pour lui faire remarquer sa stupide réaction, je lui demande en boumerang : « connaissez-vous unetelle ? » Sa réponse fut bien sûr « non », et dans une délectation jouissive, je lui donne le nom d’une grande chanteuse wagnérienne ( si elle avait su, je ne sais pas quelle réaction j’aurais eu à mon tour…mais c’est une autre histoire).

La seconde fois que j’ai reçu ce genre de remarque remonte à quelques jours. Un monsieur me remet lors d’une manifestation publique un jeu de questions-réponses qui devait me faire gagner une invitation à une réception dans un grand château viticole bordelais en présence d’unetelle, personnalité très connue dans le monde des top models. Face à mon refus de participer à ce genre de jeu (de surcroît avec des questions stupides dignes d’un site internet atteint par une attaque de virus), ce monsieur me donne le nom de ce top model. Me voyant complètement hébété devant son jovial minois et son excitation lubrique rien qu’en annonçant son nom, je lui dis que je connaissais pas cette personne. Pris un peu au dépourvu, il me liste son CV (avec qui elle était mariée, ses prestations…). « je m’en fous lui dis-je, je ne la connais pas et j’ai horreur de tous ces peoples ! ». Pour se faire aider dans sa détresse, d’avoir devant lui une personne complètement inculte et arriérée, il appelle une de ses collèges et lui raconte ironiquement mon ignorance. Aussitôt dans ma tête : si j’appliquais la même technique que la première fois ? C’est parti, je me lance : « et vous, vous connaissez vous, unetelle, untel unetelle… ». A mon tour d’admirer leurs têtes déconfites de cabillaud prêt à être transformé en morue. Lorsque je leur donne la réponse (j’avais choisi à nouveau des noms de grands chanteurs lyriques internationaux), le silence s’établit.

« Un à un », leur lançai-je ! et je quittai la place…..

 

 

blog JCM @ 12:50
Enregistré dans anecdotes, mots d'humeur
Au Grand-Théâtre de Bordeaux, émotion dans le miroir des illusions.

Posté le Samedi 9 août 2014

Durant les deux mois d’été, l’Opéra de Bordeaux présente au Grand Théâtre, une exposition créée par Giulio Achilli « Au-delà du miroir ». Une immense scénographie occupe l’espace. Tout est basé sur la « blufferie » théâtrale, mais quelle poésie ! Des jeux de miroir nous entraînent dans les profondeurs, le museau d’une locomotive à vapeur nous fait croire qu’elle conduit un train entier. Effets de fumée, de feu, de lumière etc…tout est dévoilé. J’ai même eu la réponse à mon questionnement de l’époque, comment les fleurs se fanent-elles instantanément, lorsque Siebel dans Faust, les cueille ? Etonnant ! J’ai ma réponse. Des présentations de costumes font la joie des photographes, chacun souhaite les revêtir en se prenant pour Anna Bolena, pour Escamillo, pour Scarpia et pour notre cocu magnifique, Falstaff avec ses cornes de cerf…

En déambulant dans les salles et couloirs nous découvrons une installation artistique assez remarquable. Il s’agit de quatre personnages mannequins en situation – une hôtesse d’accueil délivrant le programme de la prochaine saison, un spectateur dormant sur une banquette intriguant fortement les visiteurs et un ouvrier dont chacune des deux parties de son corps se trouve de part et d’autre du plafond : dans le hall d’entrée, il a le torse et la tête enfoncés dans le plafond et à l’étage on le redécouvre soulevant le parquet du Foyer -. Tout cela est merveilleusement bien fait. On y croit vraiment ! Ces trompe-l’oeil sont remarquables, à la fois, de réalisme, de surréalisme et de drôlerie.

Le point faible de cette expo semble être le peu de découverte de la salle depuis les premiers étages. Au lieu de ces succincts trous de serrure dans certaines loges (c’est original mais on distingue mal le volume de la salle), de plus larges hublots auraient répondu un peu plus aux attentes des visiteurs.

Le plus émouvant et le plus magique restent à venir. C’est le moment où l’on pénètre dans la grande salle. J’ai eu la chance de tomber sur la diffusion de l’air de l’immolation de Brünnhilde du Crépuscule des Dieux (extrait de l’enregistrement du récital Wagner de Heidi Melton avec l’Orchestre de Bordeaux Aquitaine). La scène éclairée est pratiquement vide avec les rideaux grand ouverts. A peine les dernières notes musicales dans les flots du Rhin se retirent, la scène s’éteint et la salle se magnifie de couleurs en fondue enchaînée grâce à de subtiles jeux de d’éclairage. Comment ne pas être ému dans un tel écrin avec une telle alchimie de musique et de lumières.

Jean-Claude Meymerit

blog JCM @ 20:07
Enregistré dans autres critiques
Le Chœur Voyageur au cœur de nos voyages !

Posté le Jeudi 17 juillet 2014

J’ai honte ! Voilà dix ans que le Chœur Voyageur existe à Bordeaux et c’est la première fois que j’assiste à un de leur concert. Ce soir leur prestation est donnée dans la cour d’honneur de l’Hôtel de Ville de Bordeaux dans le cadre des concerts gratuits de l’été (je vous arrête tout de suite : ce n’est pas parce que c’était gratuit que j’y suis allé !…)

Une cour remplie de bordelais et de vacanciers aux tenues vestimentaires très estivales. Ces couleurs d’été, nous les retrouvons dans la tenue de scène multicolore de nos choristes.

Sauf erreur de ma part, le chœur se compose habituellement d’un noyau d’une quarantaine de chanteurs, pour la plupart en activité professionnelle musicale et lyrique. Lors de certains concerts, ils leur arrivent d’accueillir des chanteurs  stagiaires doublant ainsi leur effectif. C’est ainsi que ce soir, notre noyau n’étant que d’une vingtaine, se retrouve, en l’espace d’un éclair lors d’un morceau musical, augmenté d’une soixantaine de personnes supplémentaires. Effet assez saisissant. Dès le premier morceau notre choeur nous projette aux quatre coins du monde dans des langues les plus variées. Son originalité – qui en fait, je suppose son immense succès – est l’intelligence dans laquelle tout y est abordé : la musicalité, l’humour, la diversité musicale, le jeu théâtral…et surtout l’énergie (même en cette soirée caniculaire de juillet).

Pas de partition tenue par des mains crispées et des regards se baladant sans arrêt de celle-ci aux gestes du chef de chant. Avec Le Choeur Voyageur, tout est appris par cœur, ce qui donne pour résultat une expression des visages et des corps, passionnante. Toutes et tous chantent avec conviction et passion. On écoute et on regarde.

Cette alchimie, nous la devons surtout à Alexis Duffaure, le créateur et le chef de chant de ce choeur. Sa direction est rodée et efficace. Sa présence est théâtrale. Il ne gesticule pas comme font la plupart des chefs. Il n’est pas uniquement « leur Chef », il est également son « propre Chef ». Ses gestes dosés envoient aux chanteurs toutes les consignes musicales essentielles, avec grâce. Du grand art. De plus la présentation de chaque morceau est faite avec simplicité, élégance et humour.

Des soirées comme celle de ce soir nous manquent déjà. à quand les prochaines ? Un tour du monde musical dans le passé et dans l’aujourd’hui, sans bouger de sa chaise, n’appelle t-on pas ça aussi,  vacances ?

blog JCM @ 22:33
Enregistré dans autres critiques
Passionnante petite messe solennelle estivale

Posté le Jeudi 10 juillet 2014

Petite messe solennelle, œuvre de Gioachimo Rossini crée en 1864, écrite plus de trente-cinq ans après son dernier opéra, était offerte pour un seul soir (dommage !), par l‘association Resonances-Groupe lyrique à la Chapelle Saint-André de Bordeaux. Comme prévu par Rossini, sur scène piano et harmonium, un choeur mixte et quatre solistes. Dans la salle, oh pardon dans la chapelle, pas un interstice sur les bancs pour s’y glisser. Un monde fou. Debout et assis dans l’allée principale, le public silencieux et attentif écoute les quatorze morceaux composant cette petite messe dans la plus grande solennité. Ambiance très esprit festival d’été. Ce petit bijou musical plein d’entrain et de douceur a trouvé sa place.

Quel magnifique travail offert par le chœur « Atout Chœur » et son chef de chant Isabelle Laurent. Ils chantent avec conviction, joyeux et graves à la fois. Les pianos, sous les doigts enjoués de Jean-Marc Fontana et de Françoise Lavielle-Biais sont à la fête. Magnifique performance !

Nos quatre solistes, un ténor, une contralto, une basse et une soprano nous font voyager dans les méandres de  leur timbre respectif : ensoleillé avec le ténor Stéphane Victor, charnel avec la contralto Lucile Verbizier, profond avec la basse Liang Wu. Ces trois jeunes chanteurs lyriques sont à l’orée de leur carrière. Si je n’ai pas cité dans la foulée la soprano Laurence Janot, c’est que j’ai fait une redécouverte unique en l’écoutant ce soir. Cette chanteuse déjà confirmée, que j’ai eu la chance de découvrir sur scène en Avignon dans Lucia di Lammermoor il y a plus de vingt ans au côté des débuts de Roberto Alagna, m’a ce soir, complètement fascinée. Sa voix s’est élargie avec un solide médium, riche et coloré, accompagné de magnifiques graves. Avoir le souvenir d’une soprano colorature et la redécouvrir proche d’une mezzo-soprano, c’est étonnant et fascinant. Quels futurs beaux rôles va-t-elle nous réserver ! On rêve déjà à certains…mais chut !

Jean-Claude Meymerit

 

blog JCM @ 23:05
Enregistré dans critiques lyriques
A l’Opéra de Bordeaux : chez Anna Bolena, tout le monde est souverain.

Posté le Mercredi 28 mai 2014

« Ah, que cela fait du bien ! » Voilà une phrase entendue ce soir plusieurs fois, à l’entr’acte et à la sortie, lors de la première d’Anna Bolena au Grand Théâtre de Bordeaux. C’est bien vrai !

Cette production est tellement magique à entendre et à voir que l’on se laisse aller à une relaxation artistique. Il est extrêmement rare d’avoir ce genre de sensation. Devant un public scotché dès l’ouverture, un silence abyssal s’établit dans la salle comme un effet d’hypnose. Il semble que le plateau et l’orchestre jouent devant une salle vide. Troublante sensation. Il faut dire aussi que la plupart des spectateurs voyait cette œuvre de Donizetti sur scène pour la première fois ou découvrait la partition. Pour cette première, tous les ingrédients y étaient. Cette cohérence entre la musique, les voix, l’orchestre, les chœurs (présence discrète et toujours aussi efficace), le décor, la mise en scène a fonctionné toute la soirée. Phénomène assez rare. Le public au rideau final a manifesté immédiatement ce ravissement en tapant des mains inlassablement.

Dans un décor sobre et élégant, Marie-louise Bischofberger nous propose une mise en scène stricte avec quelques très belles scènes de jeu de comédiens. Le regard ne se perd pas dans des méandres visuels souvent inutiles, rencontrés dans quelques récentes productions. Dommage toutefois que certains tableaux se passent trop en avant scène avec beaucoup de postures statiques et assez classiques pour les chanteurs (pauvre public des 3ème, 4ème… rangs des balcons et paradis…les cervicales ont du s’étirer anormalement…). Ce léger bémol attire de ce fait, et c’est tant mieux, toute notre attention beaucoup plus vers la musique et les voix. Que c’est reposant ! Une de mes scènes préférées fut celle où les cinq chanteurs se tiennent par le bras tout en se déplaçant, avec pour chacun un port scénique différent, indiquant les sentiments et les attachements imbriqués entre les personnages. C’est très beau et très fort.

Parlons des voix. Voix belcantistes ou non ? Vaste débat. Ne pinaillons pas. Elles sont toutes belles et passionnantes à écouter. Que ce soit  Patrick Bolleire dans le rôle du frère d’Anna ou Bruce Sledge dans celui de son premier amour, sans oublier Sasha Cooke dans le rôle de Smeton et le roi Henri VIII par Matthew Rose, on les écoute toutes avec beaucoup de bonheur. Parmi cette fourchette de chanteurs étonnants, une mention particulière à Christophe Berry dans le rôle de Hervey. Voix claire et extrêmement bien projetée.

Bien sûr, même si la partition est écrite surtout au bénéfice des personnages féminins, on ne peut rester insensible aux deux magnifiques voix de Keri Alkema dans le rôle de Seymour et Elza van den Heever dans celui du rôle titre, Anna. Beauté, pureté et timbre suave nous émeuvent. Leur duo et l’aria final d’Anna, à genoux…

Cette magie qui a opéré ce soir au Grand Théâtre nous la devons également et surtout en très grande partie à l’Orchestre de Bordeaux Aquitaine et à son chef Leonardo Vordoni. Equilibre exceptionnel entre le volume de la salle, les voix et les musiciens. C’est cette caresse musicale qui nous permet de redire « ah, que cela fait du bien ! ».

Jean-Claude Meymerit

PS : au secours ! comment une structure comme l’Opéra de Bordeaux laisse passer autant de fautes d’orthographe dans les surtitrages ?

 

blog JCM @ 12:25
Enregistré dans critiques lyriques
Adieu Sanna je t’aimais bien tu sais…!

Posté le Dimanche 25 mai 2014

Vous connaissez tous Sanna, cette immense et magnifique créature plantée majestueusement place de la Comédie, œuvre du célèbre artiste sculpteur catalan Jaume Plensa. Pendant plusieurs mois la ville de Bordeaux a hébergé dans divers lieux stratégiques (Pey Berland, Jardin public, place de la Bourse, Camille Julian, La Bastide, place de la Comédie…)…) de nombreuses créations de cet artiste qui furent fortement appréciées, presque à l’unanimité, de tous les passants. Certains souhaitaient vivement garder une de ces œuvres de manière permanente dans le paysage bordelais. Seulement problème ! Qui pouvait en acheter une ?

Une oeuvre artistique achetée par les citoyens, et non imposée (comme la flèche de la Victoire ou la Tortue, le Lion bleu ou la Maison à Pellegrin etc…), pourrait avoir un impact certain. Moi-même très sensible à toutes ces sculptures de Jaume Plensa, je rêvais que la Ville en acquière une, mais d’une manière originale, c’est  dire que ce soient les bordelais eux-mêmes qui l’achètent sur la base d’un petit calcul rapide.

Partant de l’hypothèse qu’une oeuvre coûte aux environs de 500 000€ et que Bordeaux est composée de 250 000 habitants, la participation mathématique reviendrait à dire que chaque habitant pourrait donner 2€. Approche très théorique bien sûr. Dans l’absolu, entre ceux qui pourraient donner effectivement minimum 1€, à ceux qui pourraient verser des centaines et milliers d’euros, en passant par des mécènes, des entreprises, des commerces, etc…l’achat pourrait se réaliser. A condition que la méthode de récolte de ces fonds soit entre les mains des bordelais (groupe de citoyens) soutenus techniquement par les Services de la Ville. Malheureusement, la suite des événements a complètement biaisé mon idée initiale.

Concrètement, ma proposition portait principalement sur l’oeuvre installée rive droite, sur l’esplanade Edmond Géraud, car elle était en prise directe avec le poète précité. Cette oeuvre de Plensa en forme de triptyque «  The poets » représentait la poésie et la philosophie. Edmond Géraud célèbre écrivain et poète bordelais de l’époque romantique, habitait pratiquement sur ce même espace. De plus, ces 3 statues de Plensa, posées en haut de mats donnaient l’impression d’avoir été créées pour ce lieu aussi bien de jour comme de nuit (éclairés intérieurement de couleurs changeantes). Elles étaient idéales pour y séjourner. Cette préférence que j’ai fortement soutenue était également liée à la proximité du Lion bleu de Xavier Veilhan. Tout cela me semblait avoir un sens, une logique culturelle et patrimoniale.

N’aurions-nous pas eu ainsi une magnifique vitrine Bordeaux rive droite sur deux grands artistes contemporains mondialement connus ?

J’ai proposé au Journal Sud-Ouest, avec beaucoup d’insistance, de lancer cette idée de souscription afin d’avoir des retours et créer ainsi une dynamique interactive d’acquisition collective d’une des œuvres de Jaume Plensa. Par le grand des hasards, le jour même de la parution de cet article de sensibilisation, le Maire de bordeaux propose au cours d’une conférence de presse la même idée. Bien évidemment la proposition du Maire vient écraser la mienne. Ma vive réaction publique fut sanctionnée par un nouvel article dans le presse mettant plus l’accent sur un fond de polémique que je ne souhaitais absolument pas. Des insultes et calomnies à mon attention suivirent sur un réseau social (jalousie, mesquineries politiques ou tout simplement stupidité..). En effet, nous étions aux portes des élections municipales !…

Même si le Maire de Bordeaux a reconnu publiquement la paternité de mon idée, le ver était dans le fruit et déjà pour moi l’échec de cette acquisition, par l’originalité d’une souscription issue des bordelais eux-mêmes, était du passé. Autant moi, je mettais l’accent sur l’acquisition d’une œuvre (semble t-il la moins chère) et la plus significative dans son emplacement, autant la Ville de Bordeaux misait sur une des plus importantes « Sanna » (création spécifique de l’artiste pour Bordeaux). Renseignements pris, toutes les œuvres étaient déjà entre les mains de propriétaires internationaux, sauf les deux créations spécifiques pour Bordeaux, « Sanna » place de la Comédie et « Paula » place Pey Berland. Le choix final de la Ville fut donc Sanna.

Aujourd’hui à quelques jours de la fermeture de la souscription lancée essentiellement par la Ville, seuls 44 000 € sont réunis sur le montage financier suivant : coût de l’œuvre, 450 000 € : 350 000 € par la Ville et 150 000€ par les souscripteurs. D’après l’élu à la Culture cette acquisition tombe à l’eau. Dommage !

Je suis déçu et content à la fois. Déçu, car garder une œuvre de cet artiste aurait été un fleuron de plus sur la Ville appartenant aux bordelais. Content, car si la Ville avait accepté d’associer à cette souscription des bordelais dans l’organisation par le biais d’un collectif sur la base d’un concept « minimun 1€ » par bordelais ou touristes (via les commerçants, les établissements scolaires, les lieux culturels, le Kiosque culture, les matches sportifs etc..), l’opération aurait abouti. J’en suis certain. En regardant partir cette œuvre vers d’autres cieux, je ne peux m’empêcher d’être triste et amer.

Adieu Sanna, je t’aimais bien tu sais, c’est dur de lutter contre des sculptures de fer !…

 

 

blog JCM @ 12:17
Enregistré dans mots d'humeur
123456...18