Au TNBA de Bordeaux, des mini objets pour la Grande guerre

Posté le 19 mars 2014

Encore un spectacle sur la guerre de 14-18 (et ce n’est pas fini, la commémoration du centenaire, en cette année 2014, ne fait que commencer !). Aussi, c’est avec appréhension et beaucoup d’inconnues que je suis allé ce soir au TNBA voir cette production théâtrale intitulée « Grande guerre « . Tout ce que je regrette est que ce spectacle ne dure pas plus longtemps. C’est très frustrant, mais c’est grandiose ! Et pourtant tout est miniaturisé.

Une grande fresque dramatique racontée avec de tous petits moyens (je veux parler des objets utilisés). Quelle intelligence de la part de ce collectif néerlandais « Hotel Modern et Arthur Sauer» de renommée internationale. Ils ont tout compris. Si on demande aujourd’hui à quelqu’un dans la rue de nous raconter les grandes lignes de cette Première guerre mondiale, les réponses sont floues. Avec ces artistes, nous avons des réponses : l’origine de cette guerre, les pays « déclencheurs », les émotions, la violence, le bruit, l’horreur, le souvenir, le respect…

Ce spectacle théâtral est basé sur les principes de trucage de cinéma, trois jeunes filles, « truceuses » et diseuses, s’activent devant leurs paillasses en manipulant des quantités d’objets miniatures et effets avec un doigté et une précision implacables. Le tout avec la complicité d’un musicien et bruiteur et sous l’œil de plusieurs caméras digitales activées avec discrétion par nos six mains d’artistes. Tous ces trucages et effets sont retranscris en direct sur grand écran. Les yeux du public balayent à la fois les artistes sur scène manipulant leurs objets miniatures et le résultat projeté. C’est assez magique. Pas question de refaire une scène nous ne sommes pas au cinéma, nous sommes au théâtre.Tout doit être rapide, précis, minutieux et spontané. On sort de là, ému, révolté et enrichi par le sujet abordé mais ébloui par les effets artistiques. C’est un spectacle qu’on ne peut pas décrire, on doit le vivre.

Jean-Claude Meymerit