Quand la parité empiète sur la liberté !

Posté le 20 octobre 2012

Femmes-hommes, égalité, bien évidemment ! Femmes-hommes, parité oui ! jeunes-vieux, parité pourquoi pas ! mais imposer la parité partout, absolument, non !
Comment ose t-on proposer en réunion publique qu’il y ait une parité au sein des conseils d’administration des associations ? J’ai cru voir, devant moi, le temps d’un éclair, l’écroulement de notre démocratie. S’il y a bien un lieu où personne n’a le droit de se mêler, c’est bien au sein d’une association. Seuls les adhérents ont le droit de faire entendre leurs droits, de se manifester, de s’investir et de voter. L’association n’est-elle pas une enveloppe de liberté ? Si la parité doit exister au sein de certaines assos, il faut qu’elle soit inscrite dans les statuts, mais pas à être imposée par autrui en dehors de ces structures juridiquement instituées. Seule, une modification de la loi 1901 pourrait faire changer ce mode d’élection interne (?). Espérons que jamais ce type de changement ne voit le jour.
Imaginons un conseil d’administration d’une association d’anciens combattants composé de femmes, de jeunes etc..?
Imaginons une association musicale, où avant le talent artistique, on exigerait qu’il y ait autant de femmes et d’hommes, de jeunes et de vieux dans leur groupe musical.
Imaginons un club d’étudiants avec leur tête des seniors.
Je ne vois pas pourquoi on exigerait dans une chorale de femmes que des hommes fassent partie du conseil d’administration etc…La liste est sans fin.
Bien sûr que l’on pourrait fonctionner dans toutes ces associations avec des conseils d’administration paritaire en matière de sexe, de couleur de cheveux, d’âge etc…mais quelle absurdité !
Aussi, de telles propositions comme celles entendues en public au cours d’une réunion de participation publique, me laisse sans voix. Le but premier d’une asso n’est-il pas de réunir autour d’un même centre d’intérêt de passion, de savoir-faire, de combat, de solidarité, etc…des personnes uniquement concernées par celui-ci avec leur propre sensibilité et leurs compétences.
Même le fait d’insinuer ou d’écrire « tendre vers la parité » parlant du fonctionnement des assos est une amorce contre la liberté individuelle. Ce genre d’argument entendu tout récemment, prouve bien la dérive entretenue par certaines personnes qui, sous des aspects de démocratie, s’enferment elles-mêmes dans des discours frôlant l’intolérance par l’uniformisation de tout, partout et pour tout.