Rester jeune, mauvais plan !

Posté le 13 octobre 2012

Dans le tram, à moins d’avoir un menton qui raye le sol, une cane dans chaque main, des rides à rendre jalouses les tranchées de la guerre 14-18, on ne vous laisse pas une place assise. Ce jour, j’étais sur le quai à attendre patiemment cet engouffrement de chairs humaines avides de se faire absorber par cet aspirateur géant.
Une dame, la soixantaine, un peu énervée arrive à passer devant tout le monde pour vite bloquer deux places assises. Etant placé derrière elle, et poussé par cette marée de corps, je m’asseois, malgré son blocage, sur une des deux places réservées. Réaction immédiate et vive : « Monsieur cette place est réservée pour mon mari qui arrive ». Connaissant ma patience légendaire dans de telle situation, je regarde quand même à quoi ressemble ce mari et m’aperçus qu’il n’était pas invalide, qu’il n’avait aucun signe apparent exigeant une place assise plus que moi.
Lorsque je pris place, ce monsieur en colère me rétorque que je n’avais aucune éducation que j’étais un mal élevé etc, etc…et que je n’avais pas de respect pour son âge. Tout ce qu’il ne fallait pas me dire. A le voir de plus prés, je me rendis compte qu’il était plus jeune que moi ou pas loin. Lui signifiant que cela m’amusait, il me demande de quelle année j’étais. L’espace d’un instant, j’ai vu le moment où nous allions échanger nos cartes d’identité en public. Aussi, pour couper court et ne voulant pas entrer dans une dispute publique et un étalage de nos rides, je lui propose pour la prochaine fois de réserver le wagon entier.
Ce qui était évident, c’est que la seule différence entre lui et moi, était le look. Entre des cheveux en bataille et une unique mèche traversant le crâne de gauche à droite, un sweet et un costume lustré, un foulard coloré et une cravate avec barrette offerte le jour de son mariage, le contraste est important. Pour positiver cette aventure, je ne pensais pas que paraître plus jeune, allait créer des situations cocasses comme celle-ci.
Astuce : pour prendre le tram, vieillissez-vous, vous aurez peut-être la chance d’avoir une place assise, sans histoire.