Tout s’explique ou presque !

Posté le 21 décembre 2010

Avant l’ouverture de l’autoroute, en un jour ensoleillé, un voyage en voiture Pau-Bordeaux à une vitesse énervant mes confrères automobilistes friands de raconter à leurs copains de pauses café ou sous les banderoles d’une manifestation : « j’ai fait Pau-Bordeaux en 2h04 au lieu d’1h43, car qu’est ce qu’il y avait comme cons et comme vieux sur la route ». Dans quelle catégorie dois-je emmarger ? D’ailleurs le problème n’est pas là. Départ de Pau à 18h en plein soleil, puis au bout d’une heure de route le paysage s’assombrit. Puis les phares commencent à s’allumer et le noir plus dense. Bien entendu mes feux de route, mal réglés, éclairent à peine les lignes blanches de côté et j’ai peine à me repérer. Puis une fois accusé mes feux de route (tous neufs), j’accuse ma vue. Il est vrai que j’ai horreur de conduire la nuit, Je suis obligé d’écarter les paupières comme si je devais rester éveillé sous la menace après avoir passé trois nuits blanches à compter les moutons béarnais.
D’où ma vitesse calmos et les propos à venir (n’oubliez pas ! la machine à café et les banderoles). Décision prise, demain je prends rendez-vous chez l’ophtamo et fais régler mes feux de route. Arrivé enfin dans les bas fonds d’un parking bordelais, je stoppe le moteur et récupère mes affaires errantes dans la voiture. Sur le siège du passager je prends mes lunettes : « tiens ! tiens bizarre, mais alors ? qu’est ce que j’ai sur le nez ? ». Fou rire à faire exploser les 6 étages du parking et en les transformant en terrain de boules. J’avais gardé pendant les 2h30 de route mes lunettes de soleil !