Café noir au goût de racisme

Posté le 21 mars 2010

Ce jour, je descends de ma chambre pour prendre un petit déjeuner dans la salle de l’hôtel. Ceci se passe dans un établissement très bien situé dans une petite ville de la Loire-Atlantique.
Le patron, une quarantaine d’années, me sert un plateau et s’installe pas loin de moi, à une table voisine, et me demande : « d’où êtes-vous » ? Je répondis, « de Bordeaux ». Aussitôt, en boomerang : « j’ai des choses à dire sur cette ville » et me dit : « il y a trop d’étrangers ». Pensant qu’il parlait des nombreux touristes de l’été, je lui pose la question : qu’est-ce que vous entendez par, « trop d’étrangers » ? Sa réponse : « je parle des étrangers qui y sont toute l’année » !
Complètement ahuri face à ce genre de remarque en plein petit déjeuner, par le patron d’une franchise d’hôtel, je reste sans voix. Je plonge mon croissant dans mon café (ou autre pâtisserie, je ne sais plus, tellement j’ai été surpris).
Ne répondant pas, il me développa la situation, comme quoi il y a trop d’étrangers en dessous d’une ligne Bordeaux-Lyon. Quelqu’un lui avait dit que dans une ville française au sud de cette ligne, un soir qu’il y débarqué, il n’avait pas vu un seul blanc autour de la gare…Par contre dans la petite dans laquelle il habite, il n’y a que des blancs…Aussi, il comprend très bien les scores du Front national dans une ville comme Nice etc, etc… Au lieu d’un petit déjeuner tranquille, je me suis coltiné un dégueulis d’idées et de positions puantes. Je ne pensais pas qu’un commerçant pouvait tenir de tels discours à des clients les voyant pour la première fois. Il est évident que je ne mettrai plus jamais les pieds dans cet hôtel et que je le déconseillerai auprès de tout mon entourage. J’aimerais savoir quel accueil il réserve aux clients qui n’ont pas sa couleur favorite !…