L’art contemporain à la portée de tous !

Posté le 7 mars 2010

Même si je trouve que l’appellation « bus de l’art contemporain » ne soit peut-être pas le terme le plus approprié, j’ai découvert ce dimanche, avec un immense bonheur, ce concept culturel bordelais (oh ! la honte, depuis le temps !). Il s’agit de monter dans un bus et se laisser conduire à la rencontre de diverses galeries bordelaises et autres lieux afin d’y apprécier les oeuvres d’artistes présentées. Ce concept existe depuis près de quatre ans et a lieu le premier dimanche de chaque mois dans le cadre « des dimanches sans voiture » de Bordeaux. Un bus plein comme un oeuf démarre du kiosque culturel des allées de Tourny et s’engouffre dans les rues de bordeaux. Chaque dimanche, cinq ou six lieux sont choisis préalablement par les organisateurs sur une vingtaine de lieux inscrits au catalogue.

Ce dimanche, les lieux proposés nous baladent en bus de Tourny aux Quinconces en passant par Gambetta, Mériadeck, les Chartrons et les Quais. Ce circuit, nourri de pures découvertes d’artistes ou d’initiation à l’art de notre époque, nous met en présence dans la première étape, rue Bouffard, de toiles à assemblage de couleurs et matières percutantes d’Olivier Menu ainsi que d’objets en porcelaine marqués par pureté et fragilité, oeuvres de Nen’do.
Rue Fernand Marin, le groupe joue à cache cache (en fermant les yeux…) avec les dessins et l’installation de Vincent Rauel. L’art du dessin est une chose, le sujet évoqué en est un autre. Je n’ai pas du tout aimé. Un contraste heureux survient rue Tourat avec les toiles et objets enchanteurs de Pascal Audin. « Art pour enfant » comme il dit ! En effet, que de gaîté et vivacité dans les formes ! Le bus nous conduit ensuite sur les quais et nous entraîne dans l’univers de la photo d’Yves Manciet, photos de stars, de politiques et d’inconnus des années 50, présentées pour la première fois à un public. Cet immense photographe n’a pas reçu l’accueil espéré auprès des services culturels de la Ville alors qu’un lieu, comme la Base sous-marine aurait été un écrin idéal à son Oeuvre. Espérons ! Ce photographe a tant de choses à nous raconter. Notre balade dominicale se termine en feu d’artifice, place des quinconces où Philippe Croq présente son extraordinaire travail. Clarté, efficacité, précision…l’émotion dans les yeux.

Autant, je regrette que pour ce genre de visite nous ayons été trop nombreux vu l’exiguïté des lieux visités, autant je trouve cette initiative excellente et enrichissante. Par contre, les jeunes où étiez-vous ? Dommage, cet outil existe et de plus il est très convivial, profitez-en ! Marie-Fleur Galineau, médiatrice du circuit, nous offre ses connaissances, ses infos et se tient, avec les visiteurs, toujours disponible avec tous. C’est très précieux.

Comme je le signale au début de ce texte, les mots « bus de l’art contemporain » ne semblent pas bien adaptés (tout au moins cette fois-ci). Bien sûr que tous ces artistes sont de notre temps, mais j’ai trouvé que les concepts de présentation sont très traditionnels (toiles, peintures, dessins, photos…aux murs). Pas d’installation originale ou oeuvre vraiment dite contemporaine. C’est le hasard du jour. Chaque dimanche est différent, je vais tester dans les prochains mois.

Article également en ligne sur www.paysud.com

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire