Chers usagers du tram, c’est ma faute !

Posté le 4 janvier 2010

Par ce mot, je voudrais m’excuser auprès de toute la population bordelaise pour le désagrément que j’ai causé, aujourd’hui 4 janvier, dans les transports publics. En effet vers les 13h45, je m’apprête à prendre le tram, il arrive en station et la porte s’ouvre automatiquement. Je monte, mais malheureusement la porte se referme aussitôt en me coinçant. Comme un ressort, elle s’ouvre à nouveau automatiquement puis se referme toujours avec cette incontournable violence. Si je ne pouvais pas avancer d’un pas, c’est que mon sac à dos n’était pas encore passé. Sur le choc du repli de la porte sur mes côtes, je pousse un cri en gueulant « la porte ! ».
Le chauffeur ouvre alors sa porte de cabine (alors que le reste de l’année, il ne réagisse à aucun mouvement à l’intérieur de la rame). Quelle chance j’avais, un chauffeur à l’écoute de mes « souffrances » passagères. Hélas, ce m’était pas pour me plaindre mais plutôt pour m’engueuler. Il me dit : lorsqu’on monte dans une rame on appuie sur le bouton lorsqu’il clignote en vert ».
En lui répondant que la porte était déjà ouverte, il me rétorque que « c’est avec des gens comme moi que les rames ont du retard ». Dans la foulée, je lui signale que je suis navré d’avoir mis tout le réseau en émoi.
Rires dans la rame. Et le chauffeur « on ne peut discuter » et il se referme dans sa cabine.
Moi qui croyais à un geste de courtoisie de nouvel an et bien non, il me culpabilise de mettre la rame en retard. J’adore !
Sur le parcours, j’ai bien observé, à tous les arrêts tout se monde s’est fait bousculé par la porte. Comme quoi elle était déréglée. Je n’ai pas voulu le signaler à ce chauffeur zélé car les « voyageurs témoins » de mon histoire étaient déjà descendus. Il me fallait un public averti.